L’ homme qui rit

par virginielebrun

L-Homme-qui-rit_portrait_w193h257
Film de Jean-Pierre Améris

Equipe

Gérard Depardieu: Ursus
Marc-André Grondin: Gwynplaine
Christ Théret: Déa
Emmanuelle Seigner: La Duchesse
Swann Arlaud: Sylvain

Costumes de Olivier Bériot
Musique de Stéphane Moucha
Décors de Franck Schwarz
Photographie de Gérard Simon
Production et distribution d’Europa Corp

Commentaire

Certes, on ne peut résumer une oeuvre philosophique de Victor Hugo en 1h33, certains le reprocheront mais peut-on comparer la littérature au 7ème art? Ce serait pour moi faire une erreur, surtout que le réalisateur a tout de même retenu l’ essence même de l’oeuvre de 1869.
S’il est sélectionné pour la Mostra de Venise, ce n’est peut-être pas pour rien.
La musique, les décors, la photographie et les costumes nous plongent dans un monde aux accents timburtoniens. Les acteurs sont bons avec une mention spéciale à Emmnuelle Seigner parfaite en maîtresse faite femme et Swann Arlaud (Sylvain) qui mériterait des rôles plus importants au cinéma.

1808549_7_ca72_gerard-depardieu-et-marc-andre-grondin-dans-une_1cc04cd5d8851970543a5c4c59bd2b71

On retrouve les thèmes politiques chers à Victor Hugo:

  • Le rapport noblesse-peuple
  • Le rapport politiciens-peuple.

Sans oublier des thèmes philosophiques:

  • La société peut-elle aller au-delà des apparences?
  • L’amour peut-il aller au-delà des apparences et être pur?
  • Quoi faire, quand on a été marqués définitivement dans l’enfance?
  • L’amour pur a-t-il une place dans notre société?

Victor Hugo nous donne sa réponse que l’on peut qualifier de radicale.

Un bon moment de cinéma donc même si les dernières minutes sont grandiloquentes.

Publicités