La Fontaine et l’ écologie

par virginielebrun

JUPITER ET LE METAYER

Illustration de Jean-Baptiste Oudry

Jupiter eut jadis une ferme à donner.
Mercure (1) en fit l’annonce ; et Gens se présentèrent,
Firent des offres, écoutèrent :
Ce ne fut pas sans bien tourner.
L’un alléguait que l’héritage
Etait frayant (2) et rude, et l’autre un autre si (3).
Pendant qu’ils marchandaient ainsi,
Un d’eux le plus hardi, mais non pas le plus sage,
Promit d’en rendre tant (4), pourvu que Jupiter
Le laissât disposer de l’air,
Lui donnât saison à sa guise,
Qu’il eût du chaud, du froid, du beau temps, de la bise,
Enfin du sec et du mouillé,
Aussitôt qu’il aurait bâillé.
Jupiter y consent. Contrat passé ; notre homme
Tranche (5) du roi des airs , pleut, vente, et fait en somme
Un climat pour lui seul : ses plus proches voisins
Ne s’en sentaient (6) non plus que les Américains.
Ce fut leur avantage ; ils eurent bonne année,
Pleine moisson, pleine vinée.
Monsieur le Receveur (7) fut très mal partagé.
L’an suivant, voilà tout changé,
Il ajuste d’une autre sorte
La température des cieux.
Son champ ne s’en trouve pas mieux.
Celui de ses voisins fructifie et rapporte.
Que fait-il ? Il recourt au Monarque des dieux :
Il confesse son imprudence.
Jupiter en usa comme un maître fort doux.
Concluons que la Providence
Sait ce qu’il nous faut mieux que nous .

Les sources de la fable se trouvent chez les auteurs suivants : Faërne, Cesare Pavesi et Verdizotti. Chez ces auteurs, une contre-épreuve permet au paysan de reprendre en main avec plus de succès le gouvernement du temps. Chez La Fontaine, le second essai reste infructueux.

(1) le messager des Dieux
(2) était coûteux, occasionnait des frais
(3) si était un nom commun, dans le sens d’affirmation ou de condition
(4) … d’en obtenir un tel rendement
(5) fait le souverain
(6) ne s’en ressentaient
(7) Qui reçoit pour autrui. Les fermiers des terres seigneuriales s’appellent des Receveurs. (Dict. Furetière)

  • Jean de La Fontaine avait déjà conscience des problèmes environnementaux. Il ne faut pas oublier que le mot écologie vien t du grec Oikos qui veut dire maison.

portrait de Jean de La Fontaine

  • La Fontaine (1622-1695)

Son père Charles est conseiller du roi et Maître des eaux et forêts du Château-Thierry.

Il fait des études à l’Oratoire mais il n’est pas fait pour les éIl écrit etudes religieuses. Il écrit et commence des études de droit.

En 1652, il achète une charge de Maître particulier des eux et^forêts.

En 1654: il fait paraître l’Eunuque  sans signature.

En 1659, il écrit le Songe de Vaux pour Fouquet et son château de Vaux-le-vicomte.

La Fontaine reste fidèle au surintendant et demande clémence à Louis XIV.

1668: Fables choisies mises en vers par M. de La Fontaine.

avec pour dédicace « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes. »

1671: Il abadonne la charge de Maître des eaux et forêts

1672: Il perd sa charge de gentilhomme servant auprès de la duchesse douairière d’Orléans.

1674, paraissent les nouveaux contes de M. de la Fontaine.

1682, il occupe le fauteuil n°24 de l’Académie, qui était auparavant à Colbert.

En 1692, avant de mourir, l’ Abbé Pouget lui fait aurer ses « infâmes » fables et déchirer une comédie à peine terminée.

Rousseau disait qu’il ne fallait pas mettre les fables entre toutes les mains.

Il faut savoir en effet faire la différence entre moraliste et moralisateur

  • Petite réflexion sur l’ écologie:

Selon Michel Serres, avec l’ écologie nous entrons une nouvelle ère:

1) On se rend compte de que l’ être humain est mortel.

2) On se rend compte que notre groupe est mortel.

mais on découvre en plus:

3) La planète, le monde comme objet, également.

Alors passons un contrat naturel!

Publicités