Virginia L.

Poésie. Dessin.

Mois : juin, 2013

Quelques lignes

L’ écume des jours.

Des parcelles de bonheur

Des bouts de malheur

Voilà tout ce qui reste de

La vie

 

Publicités

Quelques traits

Voilà quelques traits pour essayer de faire vivre nos illusions.

Image 

Philippe Droguet

  • L’exposition Blow up a lieu au MAC de Lyon jusqu’au 21 juillet. Philippe Droguet nous présente des oeuvres charnelles, organiques et menaçantes. Les surfaces sont fascinantes mais quand on va au-delà de la surface et que l’on se rend compte de la vraie nature de ce pelage c’est une autre histoire. Attraction, répulsion?

Marine, crâne de renard sur branche, cure-dents, plâtre.

  • Au lieu du marbre ou de la fourrure, la réalité est de paraffine, cure-dents, semences de tapissier. Le tout, pour susciter une émotion organique.

Des matières familières et intrigantes.

Fléaux, escargots et semences de tapissier.

Bijou ou armes de jet?

Philippe-Droguet.jpg

Semences de tapissier pour donner comme une sorte de pelage avec quelque chose d’ acéré.

Tombés: bois, paraffine, toile.

Linceul, abandon à la mort?

Est-ce que cela renvoie à la statuaire classique?

  • Les vessies de bœuf qui recouvrent les meubles, le fil qui court sur le sol… Est-ce qu’ Entretien renvoie dans les recoins les plus sombres de l’ imaginaire? Est-ce que cela fait penser aux interrogatoire pendant les guerres ou de certaines dictatures.
  • Philippe Droguet emploie souvent le mot « tégument » pour parler son travail. C’est en biologie la peau, la protection comme les écailles ou la fourrure pour les animaux. Une membrane qui enveloppe et protège le vivant, sert de paroi entre l’ intérieur et l’extérieur. C’est ce qui révèle et soustrait au regard. Voilà le lien de son travail.

Pour un article sur Keith Haring, cliquez ici.

Pour un article sur l’ histoire de l’art contemporain, cliquez ici

Pour un article sur Daniel Firman, cliquez ici.

Daniel Firman

  • Est un artiste français né à Bron en 1966.Il a fait des études aux Beaux-Arts de Saint-Etienne et Angoulême et a eu l’occasion de participer à des événements prestigieux comme la FIAC ou la Biennale de Venise. On peut voir quelques unes de ses œuvres dans le cadre de son exposition LA MATIERE GRISE au MAC de Lyon jusqu’au 21 juillet. Les relations entre corps et espace , la gravité sont des notions qu’il affectionne et qu’il aborde avec les questions d’équilibre, de poids. Créer l’aide à s’ « abstraire de toute sensibilité ou stratégie formelle ». Il inverse l’intérieur et l’extérieur, apesanteur et gravité tel l’éléphant ci-dessous. L’espace n’est plus une réalité physique mais le support d’une vision. L’animal anticipe un monde qui se tient dans un autre espace, sans gravité. L’ œuvre s’intitule Nasutamanus. Il faut la voir, c’est bluffant.

  • Les appareils électroménagers se font sculptures dans l’esprit du ready made. Daniel Firman utilise les codes de l’art minimal comme les néons et la forme élémentaire du cube. On peut se poser la question: est-ce une critique ou une sublimation des objets de consommation?

imagesCAHDP9G4

  • Avec les gens d’Uterpan, on s’interroge. On entend des souffles, des gens qui courent. Il y a des parois pour cacher, il y a forcément une sorte de frustration, une impression de passer à côté de quelque-chose. Cette œuvre veut exprimer « un intérieur que l’on dévoile« .
  • On peut également croiser ce genre de « personnage ». Souvent des gens des musées, moulés avec de la résine, habillés. Cela interpelle. Vrai ou faux?

imagesCAYG9MNC

Cela suggère la relation espace-corps.

Pour un post sur l’histoire de l’art contemporain, cliquez ici

Pour essayer de comprendre Keith Haring, cliquez ici

Pour un post sur George Brecht, cliquez ici

Dessin

Image

Relation

Se détacher

En premier

Se lier

Pourquoi?

Regardons autour

Puis entrons dans la

Solitude

A la recherche de cet imperceptible

Et intangible lien.

Boris Vian

J’ai voulu jeter un coup d’œil à l’œuvre de Boris Vian. Je n’ai pas voulu commencer par un grand classique. J’ai découvert des nouvelles.
Dans la nouvelle L’écrevisse, la fin m’ a interpelé.
Jacques connaît un trop plein d’idées, un mal-être et voilà comment cela se termine:

Alors il prit un grand couteau et se coupa la tête. Il la mit dans l’ eau bouillante avec un peu de cristaux pour la nettoyer et ne pas fausser la pesée. Et puis il mourut avant d’avoir terminé, car ceci se passait en 1945, et la médecine n’ était pas encore perfectionnée comme maintenant. Il monta au ciel dans un gros nuage rond. Il n’avait aucune raison d’aller ailleurs.

Dans la nouvelle Le Rappel, deux choses m’ont marqué:

1) La simplicité du rapport entre les êtres:

Et pourquoi ne pas continuer comme ça, elle voulait bien aussi, les parents pourraient s’ entendre?

2) Le rapport avec la mort:

Personne ne veut mourir volontairement, conclut la fille. Il y a toujours un vivant et un mort qui vous y pousse. Il faut un vivant et un mort pour faire mourir un vivant. C’est pour cela qu’on a besoin des morts et qu’on les garde dans des boîtes.

Bref, j’ai découvert un Boris Vian plus complexe que je ne le pensais.

Boris Vian Virginia L

Biographie de Boris Vian

Né en 1920, il connaît un début de rhumatisme cardiaque en 1932.

En 1935, il a une typhoïde mal traitée.

Il obtient un Baccalauréat littéraire avec une option mathématiques.

Il s’ intéresse au jazz, joue de la trompette et adhère au Hot club de France.

Il fait des études de mathématiques supérieures et mathématiques spéciales.

Entre à l’ école centrale des arts et manufactures.

En 1941, il se marie avec Michelle Léglise.

En 1942, il entre dans l’orchestre de jazz amateur de Claude Abadie. Patrick, son premier enfant naît. Il obtient un diplôme d’ingénieur des arts et manufactures avec métallurgie comme spécialité.

1942-1943: Composition de Conte de fées à l’usage des moyennes personnes, et Trouble dans les andains.

1945: L’ orchestre Vian-Abadie triomphe au Tournoi amateur de Bruxelles.

1946: L’ orchestre triomphe à nouveau. Il publie dans un article dans Jazz Hot et dans Les Temps modernes. J’irai cracher sur vos tombes est publié sous le pseudo de Vernon Sullivan.

1947: Publication de Vercoquin et le plancton. Une plainte légale est déposée à l’encontre de Vernon Sullivan. Il publie L’écume des jours et L’automne à Pékin, ainsi que Les morts ont tous la même peau.

1948: Publie un recueil de poèmes: Barnu’s Digest, et naissance de son second enfant

1949: Publication de Cantilènes en gelée (Poésies) et de Fourmis (nouvelles)

1950: Il est condamné pour outrage aux mœurs par la voie du livre. Publication de Equarissage pour tous, Le dernier des métiersL’herbe rouge, et Elles ne se rendent pas compte.

1951: Membre du club des Savanturiers, fanatiques de science -fiction.

De 1951 à 1953: il traduit James M. Cain, August Strinberg, Bradbury… En 1952, il divorce de Michelle.

De 1952 à 1953: Plusieurs articles pour la revue La constellation.

En 1953: Emménage avec Ursula Kübler (danseuse du ballet Roland Petit). Il devient dignitaire du Collège de Pataphysique. L’Opéra Le chevalier de neige est représenté avec succès. Une amnistie annule le verdict touchant les œuvres de Vernon Sullivan.

1954: Mariage avec Ursula et composition de J’irai cracher sur vos tombes.

1955: Il enregistre ses Chansons possibles et impossibles.

1957: Il devient directeur artistique adjoint pour le jazz et les variétés à temps plein chez Philips.

1958: Publication d’En avant la zizique. Création à Berlin de Fiesta, un opéra.

1959: Devient directeur artistique chez Barclay.
Vian assiste à une projection privée de J’irai cracher sur vos tombes, réalisé en grande partie contre son gré; il tombe lors de la projection en syncope (œdème et crise cardiaque).

Une vie donc bien remplie et très riche.
Je vous conseille également cet article sur l’ adaptation en film de L’ écume des jours.