Tranches de vie n°8

par virginielebrun

LE DEMENAGEMENT

« Malheureusement… Nous ne sommes pas des escargots. »

Nathalie 

Quand deux tourtereaux se rencontrent, ils doivent avant tout aménager un petit nid: un endroit bien à eux.

   Après des jours, des semaines et des mois de tergiversations, d’hésitations et de discussions passionnées, ils avaient fini par trouver un endroit pas trop loin de leur travail. Une maison qu’ils avaient toujours voulu de plain-pied, seul point commun dans leur choix.

   Après avoir fatigué, usé les agences immobilières et surtout leurs agents qui finissaient par se décourager, ils avaient fini par trouver la maison de leurs rêves et qui, surtout, correspondaient à leur budget. Je peux quasiment dire que l’étape suivante fut aussi difficile et pénible: le déménagement. Des tonnes de cartons à répertorier. Si Nathalie était très organisée, Nicolas, lui, ne l’était pas. Bien ranger dans des cartons représente tout ce qu’il déteste. Quand il était étudiant, des cannettes de bière et des cartons à pizza jonchaient le sol de son studio. Nathalie, avec son flegme légendaire,lui fit comprendre qu’il valait mieux qu’il cessât de perdre son temps à dire «j’en ai marre» et à rouspéter. Elle, classa tout par pièce puis le nombre de cartons par pièce était répertorié tout en indiquant le contenu de chaque carton et placé à part, le «kit de survie» qui serait plus que nécessaire le temps de l’emménagement.

     Quand les déménageurs arrivèrent, ils trouvèrent le tout bien rangé, emballé, classé. Ils furent ravis du travail mâché mais ils déchantèrent vite quand Nathalie les ennuya rapidement avec ses «ça va par ci … par là» et ses «attention». Comme s’ils ne s’en doutaient pas, vu que tout était indiqué sur chaque carton.  Mais le pire arriva quand ils commencèrent à s’occuper des plantes notamment son crocus Libellule (allez savoir pourquoi il s‘ appelait ainsi) et surtout… surtout son orchidée en pot à laquelle elle tenait tant: la bien-nommée Orkhidion (Par contre, là, je sais.C’est le nom grec de l’orchidée parce que ce jour-là elle pensait aux philosophes grecs). Bref, quand elle vit les déménageurs prendre ses chères plantes comme si elles étaient des sacs de pommes-de-terre elle faillit tomber à la renverse. Pour tenter d’expliquer aux pauvres travailleurs qui ne comprenaient pas la raison de tout ce chamboulement, Nicolas ne put dire que «Laissez, il ne faut pas chercher, elle a toujours été comme ça.». Une fois installés chez eux, il fallut donc s’occuper de tous les travaux car la maison fânée, légèrement flétrie par le temps, avait besoin d’un rafraîchissement. Fatigués par tous ces travaux, ils se demandèrent pourquoi ils n’ étaient pas des escargots. Avoir sa maison sur son dos, c’est plus pratique.  

 J’étais fier de mon travail accompli, pensai-je, avec ingénuité mais en regardant tout le déménagement, je ne pus m’empêcher de me poser la question suivante: pourquoi , pour des êtres habitués au nomadisme depuis des millénaires et récemment sédentaires à l’échelle de l’humanité, était-ce si difficile de déménager à quelques kilomètres de chez soi?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités