Tranche de vie n°11

par virginielebrun

 

 

CADEAU DE LA VIE .

   

« Avoir un enfant, cela revinet à appartenir à quelque chose de plus grand que soi. »

 Paul Auster

   –  Chaud devant, chaud.» dit l’ ambulancier. Il est où le bébé, il est où?  J’ ai eu une personne affolée au téléphone. Cela avait l’ air d’ une question de vie ou de mort.»

 –   « Mais il n’ est pas encore arrivé. » dois-je expliquer à l’ ambulancier.

 –   « Non, mais il ne va pas tarder. On n’ aura pas le temps d’ aller à l’ hôpital. Qu’ est-ce que vous attendez? Il est très difficile, en général, de faire preuve et d’ angoisse et d’ autorité en même temps mais Nicolas en est alors parfaitement capable.

 

     Je ne peux vous raconter les palpitations et la course poursuite digne d’ un film policier. Moi qui ne croyais voir ça que par écran interposé. Il faut voir la tête paniquée des deux: de Jean l’ ambulancier et de Nicolas. Moi, j’ ai l’ impression d’ être complètement ailleurs.

 

   – « Rentrez le ventre Madame.» me dit l’ anesthésiste.

   – « J’ aimerais vous y voir! Ce n’ est pas un ventre que j’ ai, c’ est un ballon.» Il ne faut pas me chercher non plus . Et puis quoi encore.

 –   « Oui mais c’ est pour la péridurale ma chérie.» répond  Nicolas tout gentillet. 

 –   «Allez, à trois, on y va. Un! Deux! Trois! Allez,  poussez! Courage».

       C’ est là que je me suis rendue compte que je ne connaissais pas les limites de la douleur jusqu’à présent. J’ai l’ impression d’ agoniser. Faut -il que cela incombe aux femmes et non aux hommes ce genre de tâche, de mission universelle. Pourquoi Dieu n’ a pas inversé les rôles? Messieurs, rien que pour ça, on mérite votre respect. Pendant neuf mois les foetus-futurs- bébés nous pompent notre énergie, notre sève alors … alors… On peut devenir des louves capables de tout pour les protéger.

 

Publicités