L’art du Sumi-e

par virginielebrun

Je voulais vous parler de cet art car je le trouve très beau, simple, raffiné et le tout avec des techniques simples.

  • Cela vient de l’art chinois et de l’encre chinoise.
  • Entre le XIV et le XVIe s (époque Muromachi), les moines se mirent à produire des œuvres originales à l’encre chinoise. Le moine zen Josetsu (1394-1428) est connu pour avoir établi le style des paysages sumi-e.
  • Se généralise la relation maître à élève. Noami, Geiami et Soami, trois générations d’une même famille (du XIV au XV) qui travaillèrent pour les les Shoguns Ashikaga comme décorateur, conservateur de collection. La réussite des San-ami montre l’importance pour les idées et la sensibilité.
  • Sesshu, un autre moine, fut reconnu comme le plus grand maître établit le modèle de peinture à l’ encre qu’allaient par la suite utiliser japonais.
  • Sesson, un moine qui étudia l’œuvre de Sesshu, développa son propre style, ses peintures représentent la transition historique entre le système médiéval et l’époque turbulente Momoyama.
  • Hasegawa Tohaku est un des plus grands artistes de cette époque. Son œuvre Pin est une référence

sans-titre

Les  artistes décoraient les châteaux des grands chefs de guerre, les paravents…. Au XVI, époque plus stable, arriva le peintre Tawaraya Sotatsu qui créa un style purement japonais. Il fonda l’ école décorative Rimpa  et on assista au retour du style Yamato-e dont il développa le lyrisme grâce au graphisme et aux couleurs éclatantes. Son sumi-e jouait sur les effets de matière avec la technique de tarashikomi qui consiste à faire goutter le pinceau.

  • L’ époque Edo (1603-1867) fut une période de paix. Au début du XVII, on réintroduisit la peinture à l’encre chinoise. On désigne la peinture de Ikeno Taiga (1723-1776), Yosa Buson (1716- 1784) et Uragami Gyokudo (1745_1820) Bunjinga ou de Nanga. Ils intègrent le style de la Chine du Sud à celui du Nord plus académique. Ce sumi-e élégant et raffiné déboucha sur un nouveau style artistique: le Haiga. Il associe la calligraphie de la poésie haiku à une peinture au pinceau simple et précise.
  • Le pays parvint à mûrir et à produire des styles uniques comme le Ukiyo-e. Beaucoup de tableaux énergiques et vigoureux virent le jour de la part de samouraï et de peintres. Parmi ces artistes: Miyamoto Musashi dont le travail est très chargé de tension. Le sumi-e intègre donc la dimension intérieure du peintre
  • Maruyama Okyo (1733-1795) peignait d’après nature. Bien que réaliste, son art consistait à élaborer des décors et à occuper l’espace

blanc avec des sujets ayant l’air de jaillir.

sans-titre (3)

  • Ito Jakuchu excellait aussi dans des tableaux réalistes de fleurs, de poisson et d’oiseaux.
  • Aujourd’hui encore le sumi-e continue de prospérer.

Pour Sumi-e exemple 1

Pour sumi-e exemple 2

Publicités