La mode au XXe siècle, seconde partie

par virginielebrun

  • Le renouveau de la haute couture parisienne.

Christian Dior est l’auteur de ce renouveau suite à la seconde guerre mondiale avec ce New Look qu’il présenta lors de la collection de février 1947. Tout est nostalgie et élégance avec les épaules arrondies, la poitrine haute, et soulignée, taille cintrée et fine, jupe longue et bouffante et les accessoires plus qu’importants comme les gants, le chapeau et les escarpins. Après les restrictions, on peut maintenant utiliser les étoffes. Il marquera les années 50.

mode_annees_40_mode_large_histoire

L’autre nom est Cristobal Balenciaga. Tout est bien coupé et soigné avec des lignes originales et de belles couleurs. Cela semble léger et confortable, sans gaine comme son tailleur à col rond ajusté et sa robe tunique qui a marqué le reste du siècle.

27352-cristobal-balenciaga-1951-summer-dress-hprints-com

Chanel fait son retour avec une version améliorée de son tailleur. Il est simple et fonctionnel et aura un succès mondial dans les années 60. Il inspirera même le prêt-à-porter international. Il fait désormais partie de la légende.

sans-titre (14)

Le système de licence est là pour protéger les créations.

  • La jeunesse au pouvoir.

Les années 60 connaissent un changement radical avec les adolescents du baby boom, les voyages dans l’espace, la Nouvelle Vague et les groupes de rock. On exhibe les corps et arrive le monokini créé par Rudi Gernreich. (Vous me direz, est-ce une bonne idée?) Arrive la mini-jupe de Mary Quant et bien sûr les mini-robes de Courrèges. Le vêtement est un prolongement de la peau selon Marshall McLuhan et ce n’est pas Yves Klein qui va le contredire. Une véritable onde de choc.

sans-titre (15)

Les femmes portent des pantalons! Chose qui ne se faisait qu’à la maison. Le tailleur-pantalon révolutionne tout. Et que dire du jean, nouveau venu des States.

Pierre Cardin présente des robes futuristes « Space Age » qui sont composées de matières synthétiques et arborent des motifs géométriques.

hintro

Il chamboule tout en arrivant dans la haute couture en 1953 et en créant en 1950 sa ligne de prêt-à-porter, la première de prêt-à-porter de couturier! Ce n’est pas tout, il se lance dans la mode masculine en 1960 alors que seulement les tailleurs s’en occupaient! Il n’ hésite pas à les présenter avec des cheveux et des couleurs vives et avec beaucoup de tissu. Yves Saint-Laurent quitte la direction Dior en 1961 pour voler de ses propres ailes et ouvre une boutique de prêt- à- porter en 1966. Il suit le changement de mœurs dû à mai 68, suit l’art et cela donne le look Mondrian et le look Pop-Art:

sans-titre (12)

Plus tard, il inventera la saharienne:643_diaporama_aspx14891image_jpg_755923495_north_545x

En 1966, Paco Rabanne fait une arrivée remarquée et utilise autre chose que du tissu pour habiller: du métal:

sans-titre (13)

Les fibres synthétiques ont le vent en poupe avec le lycra de Du Pont et le polyester de Imperial Chemical Industries.

  • L’essor du prêt- à-porter.

Avec la culture de masse et des matières synthétiques, le prêt-à-porter est considéré et démocratise la mode. Comme les couturiers, les stylistes du prêt-à-porter présentent leurs deux collections par an. Milan et New York sont dans les années 70 de nouvelles villes où il faut présenter les collections. Londres et Tokyo arriveront plus tard.

C’est l’arrivée de Sonia Rykiel et d’Emmanuelle Khanh dessinent du prêt-à-porter stylés et fonctionnels.

sonia_rykiel_poches2

C’est également l’arrivée de Kenzo Takada avec ses coupes dans des étoffes de kimono (ça vous fait penser à quelque chose?). C’est le retour au naturel suite aux années 60 futuristes.  C’est le moment hippy avec des jeans usés, des t-shirts et des pendentifs. La rue donnent des tendances comme des punks, surfeurs, skateurs, musiciens, artistes.

sans-titre (17)

  • Le power-dressing.

Pour une image d’autorité et de pouvoir féminine pour des femmes des années 80 qui travaillent avec du classique et une petite touche sexy.  Thierry Mugler en est l’emblême:

imagesCA6VF1GG

Azzedine Alaïa crée un style glamour avec des matières extensibles  modernes. Chanel et Hermès retrouvent leur place en proposant des produits faits pour une clientèles classique. Milan anticipe les tendances avec des études de marché. Giorgio Armani fait des vêtements pour l’élite professionnelle . Dans les années 80, Gianni Versace propose son Real Clothing chic et fonctionnel. La mode italienne va très loin. Personnellement ma marque italienne préférée est Missoni. Voilà un peu son esprit:

Voici la collection 2010-2011

collection-Missoni-resort

Jean-Paul Gaultier et Vivienne Westwood, en suivant le culte du corps, recyclent des corsets et des jarretières, cela perdurera jusque dans les années 90. Gaulier collabore avec La Perla en 1983 pour faire son corset, hommage à sa grand-mère.

Jean-Paul-Gaultier

Arrive également cette année-là la fameuse marinière:

sans-titre (16)

En 1988, arrive un OVNI sur la planète mode: Christian Lacroix qui ouvre en 1988 sa première boutique avec l’aide LVMH. Avec lui c’est la chaleur de Sud, Arles qui est sa ville inspiratrice qui débarque. J’ adore. Pour moi, c’est vraiment un artiste. C’est une image de sa collection 2008:

400px-Robe_lacroix_arles_2008

  • Les créateurs japonais.

La mode occidentale arrive au Japon à l’époque Meiji (1867-1912) et la mode japonaise fait son apparition à l’international après la seconde guerre mondiale. Le premier est Kenzo Takada:

sans-titre (35)

Avec l’essor économique du Japon, les couturiers japonais arrivent en force.

Issey Miyake présente sa première collection à Paris en 1973 avec comme concept de base: recouvrir le corps d’une seule pièce, d’un seul tenant. Dans les années 80, il s’attaque au plissé. Il assemble les pièces puis plisse

page_mi_miyake_pleats_please_02_1206281117_id_481075

Tout est calculé, la forme, la matière et la fonction du vêtement. Il mélange tradition japonaise et nouvelles technologies textiles. Avec sa ligne A-POC, il mélange tricot classique avec une nouvelles technique de fabrication pour un tricot sous forme tubulaire en 1999.

En 1982,Rei Kawakubo et Yohji Yamamoto surprennent avec leurs vêtements monocolores, simples, déchirés, déglingués comme pour représenter le vide du monde.

Voici une création de Rei Kawabuko pour Comme des garçons:

sans-titre (18)

A chaque fois, ils allient une sensibilité esthétique japonaise à la coupe européenne comme le fera également Junya Watanabe. Leur influencera le monde entier.

Publicités