La fuite en Egypte

par virginielebrun

Je voulais vous faire partager ce tableau auquel je suis particulièrement attachée. Parce que c’est un tableau dont les Lyonnais sont fiers et que l’on trouve au Musée des Beaux Arts. Parce qu’il a une portée universaliste…

 images (5)

D’après des contemporains de l’artiste, La fuite en Egypte a été réalisée par Nicolas Poussin en 1657, en réponse à une commande de Jacques Sérizier.

  • L’histoire

Marie, Joseph et l’Enfant Jésus quittent la terre d’Israël pour aller se réfugier dans le pays le plus proche: l’Egypte. Dans le tableau, à l’exception d’une petite pyramide à peine visible à l’arrière-plan à gauche, Poussin ne semble pas insister sur les éléments qui pourraient rappeler l’Egypte romaine. Le but n’est pas de raconter une anecdote, ni d’inscrire l’histoire dans une réalité trop historique mais sa dimension allégorique. Le paysage est idéalisé avec des éléments disparates pour une scène hors du temps à portée symbolique, philosophique et théologique.

  • L’analyse

On perçoit nettement la diagonale qui passe du bas à gauche en haut à droite.

En haut: on a l’espace divin, sacré.

En bas, on a l’espace profane, terrestre, humain.

A gauche: On a le passé, le connu représenté par un espace architecturé, ouvert, structuré et la lumière.

A droite: On a le futur, l’inconnu. Le groupe avance vers l’obscurité,  l’incertain, l’organique.

Les directions des regards aident l’organisation de l’image et à sa lecture. Chaque regard désigne une direction ou un dialogue. Joseph questionne l’ange du regard. C’est Dieu qui les dirige à travers lui. Marie se tourne vers l’arrière, ce qui évoque le pays quitté, la peur. L’Enfant semble nous regarder mais qu’est-ce que regarde la personnage couché?

A l’arrière plan,  sur le rocher, un aigle terrasse un serpent: un symbole?

La famille va du Nord-Est verso il Sud-Ouest, est-ce la lumière du matin?

Est-ce que le portique symbolise une frontière?

Qui est le personnage couché?

  • Son inspiration

– L’Antiquité que l’on trouve dans la représentation de l’aigle, dans l’attitude de la Vierge, dans les colonnes.

  • Des analogies

-On peut en voir quelques unes avec Echo et Narcisse et Hercule supportant le globe terrestre du peintre.

  • Nicolas Poussin

220px-Nicolas_Poussin_078

Il naît en 1594 en Normandie. Il part pour Paris en 1612 et travaille en province surtout à Lyon. Il s’installe à Rome en 1624. Il est très influencé par la peinture vénitienne.En 1628, la réalisation d’une œuvre monumentale en réponse à une prestigieuse commande pour Saint-Pierre de Rome lui vaut de nombreuses critiques. Il décide de ne faire que des tableaux de chevalet. Dans les années 1630, l’influence de l’Antiquité donne un style plus solennel. Il est appelé à Paris en 1639 par Richelieu. Il accepte en 1640 et est nommé Premier peintre du roi.  Il est chargé du décor de la grande galerie du Louvre. Il retourne à Rome en 1642. A partir des années 1640, Poussin découvre l’importance du paysage. A travers des sujets allégoriques parfois hermétiques, il représente une nature grandiose, qui impose à l’être humain sa loi. Dans les œuvres où domine la figure humaine, celle-ci devient plus sculpturale et plus dépouillée. Il est proche de le la philosophie néo-stoïcienne. A partir des années 1640, sa main droite le handicape mais a des thèmes et des compositions inventifs ainsi qu’une maîtrise des nuances et de la lumière.

Publicités