Walter Scott

par virginielebrun

J’ai décidé de continuer mes petites recherches sur la littérature écossaise. En effet, après l’article précédent sur Robert Burns, je vais parler de l’autre grand auteur écossais de la même période: j’ai nommé Walter Scott.

sans-titre (6)

Quelques citations caractéristiques de l’auteur:

« Où le cœur est préparé au mal, l’occasion se fait rarement attendre longtemps. »

Le Cœur de Midlothien

La cause du succès ou de l’échec relève beaucoup plus d’une attitude mentale que d’une capacité mentale. »

  • Sa vie

Il est né à Edimbourg en 1771 et est mort en 1832 à Abbotsford.

300px-Abbotsford_Morris_edited

Une illustration du paysage de Abbotsford

Son père est un bourgeois d’Edimbourg. Sa mère est la fille d’un professeur de médecine. Le couple a 12 enfants mais les quatre fils aînés meurent enfants. Walter est le septième enfant. A 8 mois, il est atteint d’une poliomyélite qui le fera claudiquer. Chez ses grands-parents paternels, il découvre le monde populaire écossais et découvre le théâtre de Shakespeare dont on retrouvera des références dans son œuvre.

De 1779 à 1783, il étudie à la Royal Highschool d’Edimbourg. IL apprend alors à apprécier l’histoire grâce aux cours de Alexander Adam. Il aime le latin, lit les auteurs antiques dont Homère, des auteurs italiens épiques comme le Tasse, l’Arioste, des romans gothiques, des récits de voyages.

De 1783 à 1789, il étudie le droit à l’université d’Edimbourg. Son père le prend en apprentissage dans son étude. Il lit des auteurs étrangers français comme Melle de Scudéry, Joinville, l’espagnol Cervantes. Il entreprend un recueil de chants populaires, rencontre des hommes de lettres dont Robert Burns.

sans-titre (26)

  • De 1789 à 1792

Il complète ses études de droit à l’université et notamment des cours de droit écossais avec David Hume, le neveu de l’auteur David Hume). Il visite les coins reculés de l’Ecosse, s’initie au folklore. En 1792, il devient avocat en présentant sa thèse en latin. Il s’oppose à la Révolution française et participe au maintien de l’ordre en s’engageant dans une milice.

  • A l’âge de 25ans, il compose Le chant de guerre de Middlothian. Avec le romantisme allemand, il apprend la langue, traduit et adapte des œuvres. En 1792, il épouse Charlotte Charpentier, une française émigrée. Ils auront quatre enfants.
  • Il se fait connaître en publiant trois tomes de ballades écossaises, Les chants de ménestrel de la frontière écossaise. Un vrai succès. Il s’engagea en même temps le corps des militaires volontaires du Middlothian Yeomenry.
  • En 1805, il s’associe avec Ballantyne dans une imprimerie, un succès également.
  • De 1807 à 1810, W. Scott publie  Marmon ou la bataille de Flodden Field et La Dame du lac. Il publié avec son imprimerie les classiques anglais.
  • En 1813, il reprend son roman Waverly. Ce sont les aventures d’un jeune anglais qui par amour pour la fille d’un chef de clan se trouve mêlé à la révolte jacobite.

220px-Walter_Scott_Waverley_illustration_(Pettie-Huth)

  • 1816, il écrit L’Antiquaire et une série de romans dont Mortality.
  • 1817, il écrit sa dernière longue poésie: Harold l’intrépide. Il écrit les Contes de mon hôte dont Rob Roy fait partie.
  • 1819: Il écrit – Ivanhoé, voilà une citation:

« Là, se tenait à cheval l’intrépide templier, au milieu d’un certain nombre d’hommes d’armes et de cavaliers qui s’étaient ralliés autour de ce chef illustre […] Jusqu’alors les archers n’avaient inquiété cette façade du château que par des volées de flèches; à peine virent-ils surgir les flammes et baisser le pont qu’ils accoururent en foule de ce côté, dans l’intention de s’opposer à la sortie de la garnison. »

Le monastère

L’Abbé

Kenilworth

Le pirate

  • En 1822, il écrit Les aventures de Nigel, deux poèmes historiques: The Halidon Hill  et Mac Duff’s Cross. Il accompagne le roi George V qui est le premier roi d’Angleterre  à aller en Ecosse depuis le XVIIe siècle. Ce fut l’occasion pour Walter Scott pour remettre le tartan à la mode.
  • En 1823, il écrit Peveril du Pic et Quentin Durward.
  • En 1824, il écrivit Redy Outlet et deux histoires du temps des croisades: Les Fiancés et Le Talisman. Mais les associés londoniens de Constable connaissent des difficultés financières qui fait chuter Ballantyne puis W. Scott à son tour.
  • Il lutte pour défendre les banques écossaises menacées de ne plus pouvoir circuler leurs propres billets. Cela lui vaut plusieurs inimitiés politiques mais il verra sa cause gagner.
  • En 1827, il écrit sur La vie de Napoléon ce qui lui vaut une polémique avec le général Bourgaud et une série des Chroniques de la Canongale.
  • En 1828, il fait paraître Les contes d’un grand-père.
  • En 1829, avec sa fille Anne, il publie Anne de Geierstein qui est un succès commercial et La tragédie Ayrshire.

Suite à un rhumatisme et plusieurs attaques et est presque inconscient et muet.

  • Walter Scott est le précurseur des romanciers historiques et est porteur de la culture des Hautes terres d’Ecosse. Il crée des personnages de fiction qui ont un rôle secondaire historique. En France, cela a lancé la mode des romans historiques dans les années 1820-1830. Certains, dans la première moitié du XIXe siècle l’on imité comme Balzac et Hugo.
  • Certains dans l’art, à l’époque romantique, ont été inspirés par ses sujets, c’est le cas de Ary Scheffer qui peignit Effie et Jeanne Deans dans la prison d’Edimbourg:

effie-et-jeanie-deans-dans-la-prison-d-edimbourg---ary-scheffer

Pour l’article sur Robert Burns

Publicités