La biennale d’art contemporain, Lyon 2014

par virginielebrun

  • Bon, j’avoue j’ ai été déçue et je l’ai trouvée  moins intéressante que la dernière. Cela suffit les thèmes ou les ready made trop éculés ainsi que l’emploi du réseaux sociaux comme Twitter comme art. Certains ne véhiculaient pas de messages particuliers. Mais voilà ce qu’il faut retenir des œuvres exposées au Musée d’Art Contemporain. Bien sûr, cela n’est que mon opinion personnelle.
  • Se pose la question des œuvres exposées de l’américain Robert Gober, est-ce de l’art ou de l’artisanat?

imagesCADZL4N7

Pax Kaffraria: The ruse of Disavorial de Meleko Mokgosi

sans-titre (19)

Cette photo n’est qu’une partie de l’ensemble qui est composé de huit chapitres.

  • Meleko Mokgosi est un jeune artiste sud-africain du Botswana. Il y a pour moi un trait de psychanalyse net. On voit en effet un beau résumé de son pays avec la nature mais aussi les hommes armés et des riches qui empruntent les codes occidentaux presque de façon ridicule. La question de mondialisation et de ses effets est alors posée ainsi que la question de l’Etat-Nation. Quel est le degré d’identification d’un peuple à une terre? Bref, Meleko Mokgosi  nous propose une histoire du pays avec des cadrages et des points de vue éclatés avec des inspirations cinématographiques. Le tout avec des couleurs magnifiques notamment ce cuivré que l’on voit sur la photo.
  • Les japonais en force.

En force parce qu’en nombre (trois artistes)et très intéressants.

Takao Minami

Œuvre: Fat shades

Cet artiste japonais nous fait le récit d’un paysage pour lequel des enregistrements audiovisuels, des dessins et des animations composent des histoires dilatées dans l’infini du temps. Ce sont la vidéo et le cinéma expérimental au service d’une stratégie picturale. C’est hypnotisant, on se laisse bercer par ce journal intime, les images, le son. C’est très poétique.

sans-titre (26)

Hiraki Sawa pour l’œuvre Didi I?

imagesCAI3BYEM

Cette vidéo narre la relation que l’homme a avec sa mémoire. On voit le monde d’un ami de l’artiste qui a perdu a mémoire. Ce monde fait d’une collection de vinyles, apparaît, disparaît . La bande-son lue dans les deux sens donne le tempo des images. La poésie repose sur la qualité de l’image et sa lenteur, sur des incrustations discrètes. En brouillant la linéarité du récit par superposition et décalage, l’artiste interroge les structures cognitives de la mémoire.

Nobuaki Takekawa pour l’œuvre We are Pirates of Uncharted History

sans-titre (28)

« La galère poursuit sa course dans une direction inconnue, propulsée par d’anonymes rameurs-semblables à des esclaves… »

C’ est pour l’artiste « une aventure idéologique »  qui met en scène la Chine, l’Asie et le Moyen-Orient. Ce sont des allégories qui servent à la fois personnelles, naturelles et culturelles.  Il interroge sur les conséquences des accident nucléaires notamment celui de Fukushima et surtout le manque de réaction de la part des autorités suite à cet accident. L’histoire du monde est symbolisée par une galère remplie d’esclaves sous une autorité désincarnée de la folle économie mondiale. A remarquer: la présence de livres que les galériens lisent.

  • Succession of three ages de Mary Sibande

sans-titre (29)

Cette œuvre de cette artiste sud-africaine, se présente comme une sorte de grande fontaine neptunienne avec des objets de l’enfance comme ces chevaux à bascule mais cela cache autre chose. En effet, son personnage préféré, Sophie, qu’elle traite d’œuvre en œuvre, s’inspire d’un événement particulier: à la fin des années 80, les manifestants anti-apartheid étaient régulièrement aspergés d’encre pourpre et indélébile pour être facilement identifiés. Cette encre semble couler comme de l’eau.

  • Bjarne Malgaard

J’ai du mal à comprendre l’œuvre sans titre de cet artiste australien. C’est pour moi sans goût, sans but précis à part la provocation mais bon il faut dire que la provocation artistique est assez aisée selon moi en tirant quelques ficelles. Je ne trouve pas cela très utile de détourner des objets ou des personnages comme la Panthère rose.

imagesCA1BR26W

  • Ryan Trecartin et Lizzie Fitch

Ce n’est pas génial mais je pense que cette œuvre des ces artistes américains peut interpeler les adolescents en ce qui concerne les thèmes abordés: les réseaux sociaux et de la vie privée exposée au grand jour sans compter le côté ludique de l’installation.

imagesCAU6RBWL

Pour l’histoire de l’art contemporain

Pour comprendre Keith Haring

Pour Philippe Droguet

Pour Daniel Firman

Publicités