Virginia L.

Poésie. Dessin.

Mois : mars, 2014

Une suite française

sans-titre (70)

 

Ce livre n’est plus à présenter et j’enfonce sûrement des portes ouvertes mais il fallait en parler. C’est vraiment une œuvre à lire et pour de multiples raisons:

L’hitoire

Elle est claire, simple et terrible à la fois: la vie des gens lors de la Seconde guerre mondiale. Elle nous raconte l’histoire de gens pris entre le destin individuel et communautaire comme Lucile.

Pourquoi le lire?

L’écriture est belle, sobre, recherchée et dépouillée à la fois comme j’aime.

Pour mieux comprendre la vie des gens lors de la seconde guerre mondiale et vivre l’occupation de l’intérieur. Une vraie description avec un regard distancié. C’est presque analytique alors qu’elle le vivait à l’instant. Le passage de la rébellion des enfants face à Péricand-Maltête.

Irène Némirovsky était douée pour décrire les sentiments humains et l’atmosphère qui va avec .

Pour le devoir de mémoire.

C’est la peinture du société en marche.

Les thèmes:

Le courage, la lâcheté, l’hypocrisie mais aussi l’amour, des gens pris entre le destin individuel et communautaire.

Mémoire de la Seconde guerre mondiale dans le roman.

Les figures de l’occupant.

L’histoire au service du roman.

Ecrire un chef-d’oeuvre dans l’urgence.

Nature et culture.

 

L’auteure

sans-titre (71)

Irène Némirovsky est née en 1903 à Kiev. Elle  a eu une enfance russe dans une famille aisée juive. La petite Irina aura une gouvernante française et se passionne très tôt pour les auteurs français comme Hugo, Maupassant, Dumas. Elle a l’habitude de passer l’hiver en France sur la Côte d’Azur, Paris ou les stations thermales vosgiennes.

Avec l’arrivée de Lénine qui décident d’en finir avec le pouvoir des banquiers, la famille s’exile: Saint-Pétersbourg, Moscou, Finlande, Suède pour s’installer définitivement à Paris. Irina devient Irène. Elle s’inscrit en 1921 à la Sorbonne. ce n’est pas l’étudiante la plus assidue et elle écrit des saynètes comiques et son premier roman Le Malentendu.

En 1929, elle envoie le manuscrit de David Golder à Bernard Grasset et c’est le succès. Il retrace l’histoire d’un financier sans scrupule. Il y a L’ennemie et Le bal. Le tout est autobiographique.

En 1932, son père meurt. Il a perdu sa fortune personnelle et ne laisse qu’un maigre héritage à sa fille. Irène est donc obligée d’écrire pour maintenir son niveau de vie d’autant plus que son mari ne gagne pas beaucoup d’argent. Elle travaille pour la presse. On lui reprochera le fait d’avoir travailler pour des revues de tout bord politique même celles affichant leur antisémitisme. De 1935 à 1942, elle écrit neuf romans et trente-huit nouvelles mais Irène et son mari Michel Epstein dépensent beaucoup.

Etant donné le contexte politique, elle cherche à obtenir la nationalité française et la famille se fait baptiser en 1939. Elle place sa fille Elisabeth dans le Morvan pour la protéger. Elle pressent l’actualité comme un sujet d’investigation pour le roman, elle veut imaginer une grande fresque de l’entre-deux-guerres. Elle assiste à l’exode massif. Installés à Issy-l’Evêque occupé, ils ont des rapports très cordiaux avec les Allemands et ont confiance dans le gouvernement de Vichy. Ils se font immatriculer à la sous-préfecture d’Autun, en croyant que le recensement les met à l’abri des Nazis. Irène écrit mais il est de plus en plus difficile de se faire publier car la censure nazie exige que les éditeurs pilonnent tous les livres d’auteurs juifs. Elle termine toutefois sa biographie de Tchekhov et se lance dans la rédaction de Suite française. Comme elle craint que ce roman ne soit pas publié à titre posthume, elle travaille nuit et jour à l’élaboration du plan d’ensemble. Quand la Russie se fait envahir par l’Allemagne en juin 1941, elle prend des dispositions pour protéger ses enfants en cas d’arrestation et met son manuscrit à l’abri chez son éditeur.

En 1942, toute la famille porte l’étoile juive et Irène ne peut plus publier et se consacre donc à Suite française. Quand Irène est arrêtée, Michel confie à leurs filles Denis et Elisabeth une valise contenant le manuscrit. Elles la transporteront jusqu’à la fin de la guerre. Denise, soixante ans après, eut le courage d’ouvrir la valise et retranscrit le texte. Le roman est édité en 2004 et obtient le Prix Renaudot.

Joseph Vardon-Hynard

J’ai eu la chance de poser des questions à  un attaché parlementaire anglais. Il travaille pour Mary Macleod (Conservative party) qui représente Brentford et Isleworth. Je n’ai pas pu résister. J’ai donc fait une interview politique pour mieux comprendre nos voisins d’outre-Manche.

sans-titre (79)

So tell me, who are you ?

Joseph Vardon-Hynard, from Suffolk, living in London!

What did you study ?

Politics

You work for Mary Macleod, member for Brentford and Isleworth, what are her function and yours exactly?

She represents over 90,000 voters in West London, stretching from Chiswick to Hounslow. I help her to represent these people in the following ways:

–  Researching UK policy areas.

–  Writing speeches.

–  Developing briefings for media appearances and visits.

–  Responding to constituents on policy related correspondence.

–  Strategic planning.

–  Parliamentary questions.

–  Supporting her role as Parliamentary Private Secretary to the Culture Secretary, Rt Hon. Maria Miller MP.

–  Running events.

Is your job interesting ?

Yes – extremely!

What’s the British Parliament’s function ?

To hold the Government to account.

How are the MPs elected ?

Using a “First Past the Post” electoral system. All 650 are elected every 5 years for a fixed term. The candidate with the most votes wins a seat in the House of Commons and the right to represent that area.

What’s the monarchy’s function ? (meaning the people – royal family etc.)

Strictly constitutional when it comes to ‘power’. They are really now mostly ambassadors for Great Britain and have important charitable and constitutional responsibilities that are too numerous to mention!

Is there really a difference between the Conservative party and the Labour party ?

Yes big differences, especially now that Ed Miliband is running Labour.

Is Monarchy important for the British ? (meaning the system of the monarchy as a whole)

Yes – it is part of our heritage. Most British people would prefer it to stay.

What’s the relationship between the Parliament and the Queen ?

Purely constitutional. She opens and dissolves parliament by order of the Prime Minister. She grants Royal Assent to Bills (so they become Acts of Parliament) but this is merely a formality.

What’s the relationship between the Parliament and the government ?

The Government is drawn from Parliament – i.e. the Executive is drawn from the Legislature. The largest party in parliament forms the Government.

Do you think people take part enough in the political life ? Do they vote ? Are they informed, especially the Youth ?

No. They vote a lot less than in the past. They are informed to a degree, but a lot are ambivalent. It is fashionable to hate politics and politicians. In my opinion, people should take the time to be informed. They have the power to kick people out and elect anyone they want – that is a responsibility that should be taken a lot more seriously.

Have you got advice for people who want to take part in politics?

Vote! Keep up with current events. Stay informed. And don’t go into politics unless you’ve done something with your life first, so you can draw on that experience to help improve people’s lives.

Have you got professional projects?

Yes but through my work.

Do you think social networks are important in politics?

Yes, enormously and this is growing.

Pour une interview de Au fils d’Indra

Pour une interview de Emmanuel Rondeau, photographe animalier

Pour l’interview de Vincent Limonne, architecte

Pour l’interview danse, Sarah Idarraga Hamid

Pour l’interview d’Alain Pernot, auteur, compositeur, interprète.

Only lovers left alive

sans-titre (74)

  • L’histoire

Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch est une histoire de vampires sans âge ayant le nom des premiers hommes: Adam et Eve. Lui (Tom Hiddelston), toujours en noir, vit dans un cocon musical obscur dans la ville synonyme d’abandon et de la décadence américaine: Détroit. Il est en quête de sens, collectionne grâce à l’aide d’un zombie (nom donné aux humains) joué par Anton Yelchin  les guitares électriques des années 60. Le rock semble avoir son dernier grand choc culturel. Jim Jarmusch l’a sûrement voulu à l’image de Jack White, artiste de Détroit dont Adam fait référence dans le film. Il a du mal à trouver sa place dans cette nouvelle société, utilise des appareils d’époque. Le punk aristo est lassé de la médiocrité des humains, rejette la gloire et pense se suicider.

sans-titre (82)

Elle (Tilda Swinton), en blanc, est plus lumineuse, forte et utilise ce que la société contemporaine lui offre. Elle n’hésite pas à partir de Tanger en prenant la Compagnie Air Lumière et à quitter son fidèle ami Marlowe (et oui Christopher Marlowe, malchanceux face à Shakespeare en vampire !), joué par John Hurt pour lui remonter le moral. Mais il va y avoir quelques vicissitudes notamment avec l’arrivée d’Ava la sœur d’Eve jouée par Mia Wasikowska.

jim-jarmusch_only-lovers-left-alive

Les deux sont comme le soleil et la lune. D’ailleurs, il y a des références faites aux planètes et aux astres.

  • Les thèmes abordés:

L’intelligence humaine avec ses grands auteurs, scientifiques quasi mise en Panthéon en parallèle avec la décadence de l’humanité même si à la fin on voit un signe d’espoir dans une certaine innovation musicale et dans la jeunesse.

Les gens sont plus forts à deux, peuvent mieux supporter les affres de la vie. C’est ce que suggère le titre.

sans-titre (81)

La drogue, le sang est présenté comme de la drogue dans sa quasi addiction avec un certain érotisme et certains ne peuvent s’arrêter de boire. Il y a aussi de nombreuses scènes à Tanger où des personnes en proposent au détour des rues. Les vampire soudoient également pour s’en procurer.

sans-titre (80)

Le sang contaminé, Marlowe meurt à cause de ça.

La présence des French doctors en Afrique.

  • Pourquoi on aime

Parce que c’est bien écrit, réalisé et bien joué.

Parce que Tilda Swinton et Tom Hiddelston forment un couple parfait.

Parce qu’il y a de superbes références musicales et culturelles.

Pour la bande son adéquate de Josef Van Wissem

        Only Lovers Left Alive est un film sélectionné dans la compétition officielle du 66e festival de Cannes.

La lionne blanche

41M8NCG6FVL._

livre de Henning Mankell

Nous connaissons tous l’inspecteur suédois qui est de Scanie, Kurt Wallander. Ce personnage de Henning Mankell se retrouve face à une grande affaire internationale.

  • L’histoire:

Alors qu’en Afrique du Sud un groupe de Boers fanatiques commet un attentat, en Suède le corps d’une mère de famille sans reproche, Louise Akerblom, est retrouvé. Kurt Wallander patauge dans cette enquête jusqu’à ce qu’il découvre près du lieu du crime le doigt tranché d’un homme noir. Est-ce qu’il y a un lien entre la réalité de la province suédoise et la lutte contre l’Apartheid?

  • Pourquoi j’ai aimé?

Parce que c’est peut-être le meilleur des romans de Henning Mankell.

Parce que le protagoniste avec son courage et ses faiblesses bien décrits est très touchant.

Parce que c’est très documenté.

Parce que c’est une belle leçon de partage et de tolérance.

  • L’auteur:

sans-titre (78)

Né à Stocholm en 1948, Henning Mankell partage sa vie en entre l’Afrique et la Suède. Il a commencé sa carrière comme auteur dramatique. Il a également écrit nombre de livres pour enfants couronnés par plusieurs prix littéraires, qui soulèvent des problèmes souvent graves et qui sont marqués par une grande tendresse. Ses romans mettent en scène Kurt Wallander qui cèdera ensuite sa place à sa fille, Linda. En 1991, il reçoit le Prix Nils Holgersson. En 2010, il participe à l’expédition organisée par des groupes activistes islamistes en faveur de Gaza. Il tire de cette expérience un récit publié dans plusieurs journaux étrangers. Le classement de plusieurs magazines le place à la neuvième place des écrivains de fiction  les plus vendus en Europe en 2009.

The Grand Budapest Hotel

sans-titre (72)

Après des films comme La famille Tenenbaum, Monrise Kingdom ou A bord du Darjeeling limited, Wes Anderson sort son dernier petit bijou:

The Grand Budapest Hotel qui rend hommage à l’auteur auteur Stefan Sweig.

Pourquoi aller le voir?:

  • Un casting de rêve comme Ralph Fiennes, Adrien Brody, Jude Law,  Wilhem Dafoe, les Français Mathieu Amalric et Léa Seydoux. A noter la présence du jeune Tony Revolori qui a son tout premier rôle.
  • La performance de Ralph Fiennes.
  • Les fameuses couleurs (rose, bleu, vert) typiques du réalisateur.
  • L’humour.
  •  Le travail photographique. Chaque image est un chef d’oeuvre.
  • Le décor:

sans-titre (73)

L’histoire:

Le jeune Zéro a dû fuir son pays à cause de la guerre et trouve une place de groom au Grand Budapest Hôtel et découvre M. Gustave H. qui va le former et qui n’hésite pas à « fréquenter » les clientes de son hôtel.

137574.jpg-c_100_100_x-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Arrive l’héritage d’une riche cliente avec toutes les péripéties que cela suppose.

133355.jpg-c_100_100_x-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx       sans-titre (77)

Les thèmes abordés:

Sous le rire et les situations coquasses,  Wes Anderson traite les thèmes de la décadence d’une civilisation(thème cher au réalisateur), de la seconde guerre mondiale, du courage, de la tolérance, de l’acceptation de l’autre et de l’évolution de la civilisation.

Motopoétique

Voilà ce que j’ai retenu de Motopoétique, exposition au Musée d’art contemporain de Lyon jusqu’au 20 avril.

Commençons par l’affiche de l’exposition, extraite d’une vidéo de Shaun Gladwell:

300_300_shaun_gladwell_approachApproach to Mundi Mundi

Il y a les photos du Finlandais Tuomo Manninen pour prouver que la moto peut rassembler et que la vie peut s’organiser autour d’elle.

sans-titre (64)Brothers of the Wind

L’œuvre d’Ange Leccia, Je veux ce que je veux, est intéressante pour les couleurs utilisées et pour son message amoureux. Le tout dans une esthétique japonisante:

sans-titre (63)

La vidéo Vanishing Point de Janet Biggs est fascinante pour ses couleurs grâce au Grand Lac salé de l’Utah devenu brillant sous le soleil et qu’une motarde traverse lors d’un concours de vitesse, pour les chanteurs du Chœur de Gospel de Harlem que l’on voit chanter, songeurs et pour le mélange des sons (moto, chant, l’ utilisation du silence) et des points de vue.

sans-titre (65)

Les Choppers de Kevin Laisné ont un côté humouristique  mais suggèrent également que l’idéal libertaire n’existe plus que dans une version domestique.

sans-titre (66)

l’Homomoto de Florent Lamouroux, emballé (il utilise fréquemment les emballages dans ses œuvres),  montre que l’homme et la machine ne font qu’un:

miniature (2)

Il y a la vidéo Orpheus Descending de Clayton Burkhart qui aborde le thème de la perte et de l’absence:

sans-titre (68)

Il y a ces motos recouvertes de graisse industrielle pour montrer la salissure de l’industrie. Le thème de la serviette propre ou sale, comme pour montrer cette blancheur qui n’est plus immaculée et souvent présente dans ses œuvres (Salon de massage, Body building):

sans-titre (67)

Enfin, cette œuvre a bien intrigué les enfants qui voyaient un jouet en grandeur nature. Quant à d’autres, ils ont pu voir une interrogation sur le sens de la vie: Qu’est-ce qu’un motard sans moto: c’est Le sens de la vie, le motard de Florent Lamouroux:

imagesCAT9HUN5

On peut retrouver cette œuvre couchée:

miniature

Morton Feldman

Morton Feldman

Une musique qui a une surface se construit avec du temps. Une musique qui n’a pas de surface se soumet au temps qui devient une progression rythmique […] en ce sens, mes compositions ne sont pas du tout des « compositions ». On devrait les appeler toiles de temps, toiles que j’imprime d’une toile plus ou moins d’une teinte musicale.

Né en 1926 à New York, mort en 1987 à Buffalo, Morton Feldman a une place importante dans la musique contemporaine du XXe siècle. La peinture de Mark Rothko et de Robert Rauschenberg l’aide dans sa recherche de son monde sonore. Il a une notation graphique qui sert ses œuvres immédiates et physiques pour une liberté d’intonation des divers sons. Il travaille la hauteur, la dynamique, le rythme ou encore la durée. Son but était de projeter des sons dans le temps. Il a écrit XXX Anecdotes and Drawings,  trente improvisations de phénomènes sonores à l’occasion de la conférence de Francfort en 1984. On est alors aux prémices des connivences entre l’image, le son et la chorégraphie. Le tout pour s’immerger, un appel à l’écoute profonde.

 

Que pensez-vous de sa vision de la musique?

 

Alain Pernot, artiste musicien canadien

J’ ai  eu la chance de pouvoir poser des questions à Alain Pernot , un artiste auteur, compositeur et interprète canadien.

11938_10201093885499369_1606426512_n

Comment es-tu venu à la musique ?

Quand j’ai entendu et vu le groupe Kiss pour la première fois ! Je crois que je voulais plus le glam que la musique par contre 😉

Quelles sont tes influences ?

Oh la la plusieurs : Rush, Kiss, Van Halen, Bach sont les premiers sur la liste.

Que préfères-tu : composer ou interpréter ?

Composer…

Que préfères-tu : enregistrer ou la scène ?

Mmm… Kif-kif 😉

En parlant de scène, tu as pu en faire au Canada, en Chine et en Europe, notamment en France, est-ce qu’il y a des différences ?

Oui énorme !!! Canada, plutôt Québec : Les gens sont de très grands amateurs mais moins star system qu’en France, où  ils adulent plus ! Au Québec il ne faut pas te prendre trop au sérieux car le public déteste. Chine plus de contrôle mais très fana aussi.

En tant qu’instrumentiste, quels rapports entretiens-tu avec la guitare ?

Je ne suis pas le gars qui entretient ses instrus comme un malade comme j’en connais. Je suis plutôt du genre à me foutre un peu de la condition de l’instrument ou de la notoriété. Tant qu’elle soit la disponible quand j’ai une idée ou du boulot, ca me va 😉

Est-ce que tu as une technique particulière de composition ?

Je n’ai pas d’horaires pour la compo. La plus par du temps je suis attiré vers la guitare, je la prends et je gratte et quelque chose vient tout seul et parfois une perle apparait. Alors j’ajoute des paroles ensuite pour les chansons.

En parlant de composition, tu composes de la musique pour Discovery Channel’s  ou de la musique de film comme la chanson Higher du film La galère qui a été primée aux Gémeaux Award. Est-ce vraiment différent ?

Oui parce qu’il faut saisir l’émotion qui est sur l’image et la traduire en musique, Donc c’est moins ouvert, mais tout aussi plaisant !

Quelle est selon toi la grande différence entre Between Time and Space, ton premier album et ton dernier album Enter your soul ?

Oh la la !!! Time and Space est plus contrôlé, plus réservé dans l’interprétation. Enter Your Soul plus libre.

Quels sont tes futurs projets ?

! OMG ! Plusieurs autres chansons, dont une pour un superbe artiste québécois du nom de Fred Lebel. Théâtre, cinéma, tv, live je prends tout !!! LOL

Tu utilises les réseaux sociaux, pourquoi ? Est-ce qu’il y en a un que tu préfères en particulier ?

Pourquoi : C’est superbe pour tester la musique et rester en contact et mieux connaitre les gens qu’on ne pourrait pas connaitre sans ! Je suis plus sur Facebook

Quels conseils pourrais-tu donner à ceux qui veulent se lancer ?

Ne le faites pas !!! LOL !!! Non je blague 😉 Apprends à jouer, chanter, composer, arranger et n’attends pas que le succès vienne à toi, c’est un métier comme tous les autres… Il faut travailler !

L’album qu’il faut avoir absolument selon toi ?

« Blue » de Joni Mitchell.

Vous pouvez le retrouver sur Twitter et Facebook.

IMG_0001

Pour l’interview d’Emmanuel Rondeau, photographe

Pour l’interview d’Au fils d’Indra

Pour l’interview de Vincent Limonne, architecte

Pour l’interview de Sarah Idarraga Hamid, danseuse