PAUL LYNCH, un ciel rouge le matin.

par virginielebrun

 

paul-lynch-un-ciel-rouge-le-matin_4814296

9782226256072m

Voilà Paul Lynch, l’auteur irlandais du moment, certains le présentent comme le successeur de Cormac McCarthy. Voilà son premier roman traduit en français.

L’histoire

1832, Coll Coyle, jeune métayer au service d’un puissant propriétaire apprend qu’il est expulsé avec sa famille. Cela tourne au drame, la famille doit fuir. C’est le début d’une véritable chasse à l’homme qui va le mener à Londonberry puis en Pennsylvanie. Pleine de rage et d’espoirs déçus, son odyssée tragique parle d’oppression et de vengeance, du lien viscéral qui unit les hommes à leur terre.

Voilà les thèmes abordés:

L’Irlande et la culture américaine

L’histoire commence en Irlande et se termine aux Etats-Unis. Comme si les Etats-Unis happaient tout. Ceci également dans la littérature et autres formes culturelles. D’ailleurs les écrivains du Commonwealth ont peur depuis que The a décidé d’ouvrir son prix aux auteurs américains.

Un irlandais qui critique l’ Irlande

Dans le livre, il y a un personnage irlandais qui critique l’Irlande et les Irlandais en ce qui concerne leur développement économique, social. Naturellement Paul Lynch ne le pense pas mais affirme que quand c’est un personnage sociopathe, ça fait peur.

La citation

« Les dieux ont déguisé leur apparence

Et se sont exilés en terre étrangère,

Paysans hirsutes poussant leurs troupeaux de porcs.

Mais sous le hâle des visages,

Transparaît toujours leur éclat céleste. »

Cette citation de A.E. montre que derrière chaque personne se cache quelque chose de divin et que Dieu n’est pas toujours derrière nous.

La propriété

Dans l’histoire, la famille du personnage principal se fait expulser comme on peut le voir en ce moment en Irlande à cause de  la crise. L’histoire se répète. On promet aux Irlandais du travail et ils partent à l’étranger comme le personnage principal.

Ecriture linéaire comme la vie.

Paul Lynch a une écriture particulière, linéaire car la vie est linéaire avec son passé, son présent et son futur. Il veut sortir du style irlandais traditionnel. Il assume le fait qu’il a une grammaire déstructurée, changeant de temps intempestivement. Cela soulève d’ailleurs le problème de la traduction. Il a d’ailleurs affirmé qu’il adorait la poésie et ne pense pas qu’il faut séparer la poésie et la prose. On peut écrire de la prose de façon poétique. Il faut  déstructurer la langue et l’anglais et sa diversité le permet plus que le français.

Les personnages

Le livre est écrit à la troisième personne représentant Coll Coyle. Mais il y a un personnage qui est représenté à la première personne: Sarah, la femme de Coll. Paul Lynch a mis du temps pour trouver cette voix. Elle apporte cette sensibilité nécessaire. Elle se débat dans tout ça et essaie de comprendre le monde dans lequel elle vit.

L’accueil du livre

Le livre est très bien accueilli en France mais en Irlande c’est un peu plus difficile car le style change de celui irlandais et le recul est nécessaire pour appréhender l’histoire.

Le prochain livre 

C’est The black snow, il sortira en automne prochain en français et parlera de l’Irlande des années 40.

LYNCH

Publicités