La Pietà d’Hyppolite Flandrin

 

Je trouve cette peinture d’une étonnante modernité. Elle est pourtant de 1842. Vous pouvez la voir, la regarder ou bien la contempler au musée des Beaux-Arts de Lyon.b_1_q_0_p_00ALI38EI

Ce tableau est d’Hyppolite Flandrin:

Flandrin,_Hippolyte,_BNF_Gallica_Reutlinger

Il est l’élève de J. A D Ingres. Son travail est représentatif du mouvement. Après avoir obtenu le premier prix de Rome de peinture en 1832, il part pour la villa Médicis. Il pratique d’abord la peinture d’histoire, avant de se tourner vers la peinture religieuse, dont il est un des rénovateurs de ce siècle. Son Jeune homme nu assis au bord de la mer peint à Rome en 1836, est une de ses œuvres les plus réputées. Il est élu membre de l’ Académie des Beaux-Arts en 1853.

Réception critique

« Hippolyte Flandrin complétait Monsieur Ingres ; il était son côté spiritualiste, le transformateur de l’idée païenne de l’enseignement du maître en idée chrétienne : plus préoccupé de l’idéalisation de la pensée que de celle de la forme même, plus amoureux du sens que de la lettre, plus saisi par le sentiment psychologique que par le sens matériel, adonné à ces vagues aspirations mystiques des âmes religieuses qui trouvent les lois de leur esthétique dans les plus profonds et les plus secrets abîmes de leurs croyances. »

— Charles Lahure, Histoire populaire contemporaine de la France, Hachette, Paris, t. IV, 1866, p. 412.